La mutuelle de mon chien

Mon compte
 Newsletter   Photos   Livres   Carnet   Mutuelles 

Husky siberien traineau meute adobestock 180040549

Informations pour faire du traîneau avec son chien !

Le 16/02/2022 0

Dans Jeux & Jouets

Transport traditionnel des peuples du Grand Nord, le traîneau revêt une dimension légendaire. Mêlant aventure, grands espaces et sentiers enneigés, ce sport de traction a tout pour plaire ! Unique en son genre, le mushing offre une expérience à part, et souligne les incroyables aptitudes de nos chiens. N’attendez plus et plongez avec Mouss dans ce magnifique sport d’équipe !

Qu’est-ce que le traîneau ?

Faire du traîneau avec son chien n’est pas qu’un simple sport d’attelage. Cette discipline canine est un véritable mode de vie ! Mettant à l’honneur la collaboration entre l’Homme et son chien, cette activité vous réconcilie avec la nature, tout en renforçant la complicité avec vos compagnons poilus. 

Imaginez la scène : perdu en pleine nature, dans un immense désert blanc, vous vous faufilez dans les paysages enneigés, tracté par votre meute de chiens. Durant votre course, vous n’avez pour seules compagnies que la respiration saccadée de vos boules de poils, et les bruits des patins de votre traîneau. Un scénario digne des documentaires de Nicolas Vanier ! 

Et pourtant, cette expérience remarquable ne s’adresse pas uniquement aux aventuriers intrépides, aux Inuits et autochtones nordiques. Depuis près de 9 500 ans, les peuples d’Arctique utilisent ce mode de transport pour se déplacer dans la neige, et braver les éléments. Mais aujourd’hui, que ce soit en simple loisir ou lors de courses de traîneaux, vous pouvez, vous aussi, profiter de ce sport de traction avec vos chiens !

Appelé également mushing, l’attelage d'un traîneau se compose d’un musher ; nom donné à la personne qui conduit le véhicule, de ses chiens et d’un traîneau. 

Combien de chiens pour un attelage ? 

On parle véritablement de traîneau lorsqu’il y a plus de 3 chiens attelés. Il existe 2 catégories : le micro-mushing (3 à 6 chiens), et les grosses équipes composées de plus de 6 à 10 travailleurs (voire plus !). En fonction de sa place, chaque chien a un rôle bien défini :  

  • Le leader, ou le chien de tête, impose les directions et la vitesse à son équipe en suivant les ordres du musher.
  • Les swing ou points dogs sont situés derrière les leaders, et les épaulent en cas de fatigue ou de doute.
  • Les team dogs représentent la majorité de l’attelage et donnent de la puissance au groupe.
  • Les wheel dogs (chiens de barre) servent de moteur. Très puissants, ils aident à démarrer le traîneau.

En règle générale, plus un chien est proche du traîneau et plus il doit fournir d’effort de traction. Pour le micro-mushing, il vous faudra simplement des leaders et des wheel dogs. À savoir que les postes peuvent être échangés, au besoin.

Le traîneau : pour quelles races de chiens ?

Vous l’aurez deviné, ce sport d’hiver se pratique uniquement par des chiens polaires, développés pour l’attelage. Vous retrouvez dans cette liste le Husky de Sibérie, le Malamute d’Alaska, l’Eurohound, le Chien du Groenland, le Laïka de Yakoutie ou encore le Samoyède. Ces chiens de traîneau vivent pour ce sport et possèdent le fameux will-to-go (volonté de tracter), caractéristique à ce type de races. 

N’oublions pas que cette activité requiert énormément de puissance, d’endurance et de mental. Il n’est pas fait pour tous les chiens de travail, et encore moins pour tous les maîtres ! Ne vous amusez donc pas à pratiquer le traîneau avec d’autres races de chiens. De même, Mouss vous conseille de vous rendre chez un vétérinaire avant de pratiquer un sport de traction. Seul un professionnel de la santé canine pourra vous rassurer sur ce point.  

Quels équipements choisir pour ce sport de traction ? 

Pour vous lancer dans le merveilleux univers du traîneau, veillez à bien vous équiper ! Soyons honnêtes, dans le milieu cynophile, ce n’est pas le sport canin le moins cher. Mais ne bloquons pas sur ce point, voyez-le comme un investissement inestimable. 

  • Un traîneau à chiens : indispensable, il doit être adapté au nombre d’équipiers à atteler. Sur le marché, les modèles varient en fonction des matériaux (bois, aluminium, plastique, carbone), des types de sorties (longues randonnées dans la poudreuse ou compétitions), et de votre budget. En moyenne, les prix vont de 450 € à 2000 €. En France, vous pourrez faire vos achats sur la boutique Fenril
  • Un harnais de traction : misez sur les modèles X-back, comme ceux présentés sur cette page, avec un point d’attache du système d’attelage situé sur le bas du dos du chien. 
  • Une ligne de trait : elle vous permet d’atteler le ou les leaders à votre traîneau (exemples ici). Si vous avez plus d’un chien de tête, il faudra ajuster le nombre de lignes de trait. 
  • Une section d’équipe : elle vous permet de mieux contrôler votre meute en les liant entre eux. Les attelages à plus de 4 chiens nécessitent 2 sections d’équipe successives. 
  • Des bottines pour chien : protégez les coussinets de vos chiens du grand froid et de la neige avec des chaussons adaptés. Retrouvez différents modèles juste ici.

Bien sûr, en plus du matériel cité, pour sa propre sécurité, le musher devra se munir de vêtements chauds, de chaussures avec d’excellentes semelles, de bonnes lunettes, de gants, d’un masque de ski, et d’un thermos contenant sa boisson chaude préférée !

Comment se déroulent les compétitions d’attelage ?

Les plus compétitifs d’entre nous pourront comparer leurs aptitudes lors des courses de chiens de traîneaux. Elles se déroulent en plusieurs manches, sur deux jours ou plus selon le type d’épreuves. Sur le terrain, les équipes sont tirées au sort lors de la première manche. Le classement final se fait sur la base des temps de courses des différentes manches. Voici les 3 épreuves existantes :

  • Le sprint qui se pratique à grande vitesse sur un parcours compris entre 8 et 20 km.
  • la course de moyenne distance qui se concourt sur 20 à 30 km.
  • et la course de longue distance, s’étalant sur plusieurs jours, avec des raids de 20 à 50 km, pour une distance totale pouvant atteindre les 2000 km.

À savoir que les concurrents sont divisés en catégories, choisies en fonction du nombre de chiens composant l’attelage.

  • La catégorie D est accessible avec 2 chiens.  
  • La catégorie C est ouverte aux attelages de 3 à 4 chiens.
  • La catégorie B est ciblée sur une équipe de 5 à 6 chiens.
  • La catégorie A est destinée à un groupe de 7 à 8 chiens.
  • La catégorie 0 est ouverte aux attelages composés de plus de 9 chiens.

Des sous-catégories s’imposent également en fonction de la race de vos compagnons. Dans le monde, 2 courses de traîneau brillent particulièrement : l’Iditarod et la Yukon Quest. Elles se déroulent toutes deux en Alaska. En France, vous pourrez participer à La Grande Odyssée. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de la Fédération Française de Pulka et Traîneau à chiens.

Comment former un chien de traîneau ?

Ce sport, très exigeant, demande des connaissances spécifiques. Vous devrez vous renseigner sur les spécificités de la race de vos chiens, leur personnalité, leur nutrition, le type d’éducation à adopter, bref, comme dit plus haut, c’est un véritable mode de vie ! Ainsi, pour entraîner vos grands athlètes, Mouss vous recommande de vous former pour devenir un musher autonome. 

Si votre but n’est pas d’exercer le mushing de manière professionnelle, vous pouvez effectuer des formations et stages dans des chenils. Excellente solution si vous vivez dans un pays qui ne requiert aucun diplôme spécifique pour devenir musher. Manque de chance, ce n’est pas le cas en France ! Dans l’Hexagone, il vous faudra obtenir le diplôme d’État de la Jeunesse Populaire et des Sports - Attelages canins. L’inconvénient ? Vous devrez passer 600 heures avant de pouvoir tenir votre certification en main… Pour contourner cet obstacle, de nombreux amateurs décident de passer par la Suisse, la Norvège ou le Canada pour s’initier plus rapidement au traîneau. À vous de choisir. 

L’apprentissage du chiot 

Le but des entraînements est d’éduquer vos chiens pour qu’ils parviennent à courir sur de longues distances, et à travailler en meute avec leurs congénères. Pour ce faire, votre compagnon doit apprendre à tracter dès les premiers mois de sa vie. Bien sûr, prenez en compte sa fragilité et évitez de lui faire tirer de lourdes charges. Avant ses 6 mois, votre chiot doit apprendre les ordres verbaux classiques du musher. Les exemples les plus communs étant le « Allons-y » ou « Marche » ; « Facile » pour ralentir, « Whoa » pour arrêter, « Ghee » et « Haw »  pour tourner à droite ou à gauche.  

L’initiation à la traction

Entre son 6e et son 8e mois, votre chien de traîneau est prêt à tester l’attelage. Commencez avec des charges légères, sur une courte distance. Il n’est pas rare qu’un musher ouvre les festivités avec d’autres sports de trait : le cani-VTT, le ski-jöering ou le cani-kart. C’est également la période idéale pour apprendre à ses chiens à travailler en équipe, au travers d’activités communes. 

Le traîneau

Une fois leur croissance terminée, vos chiens de travail peuvent être attelés à un vrai traîneau. Bien sûr, allez-y progressivement, et respectez le rythme de votre meute. En général, il est préconisé de s’entraîner deux heures en moyenne par jour. En l’absence de neige, continuez à muscler et à stimuler l’endurance de vos compagnons à quatre pattes. À ce stade, vous pouvez varier les types de terrains et de distances. 

Sports d’hiver avec son chien : quelles précautions prendre ?

Pour le bien-être de tous, des précautions doivent être respectées durant les entraînements et les courses de traîneaux :

  • La règle des 2h : il ne faut pas exercer vos chiens de traîneau dans les 2h après et avant un repas. Sinon, vous risquez de causer des troubles digestifs chez eux. Bien sûr, cela ne concerne pas les friandises.
  • L’hydratation : veillez à donner des petites quantités d’eau non froide à vos chiens pour ne pas les déshydrater durant vos escapades, et ce, toutes les 30 minutes. Retrouvez des modèles de gourdes adaptées pour les chiens sur ce lien.
  • La température : n’entraînez pas votre meute de chiens si les températures dépassent les 13°C. 
  • Le rythme : pour ne pas dégoûter vos boules de poils de l’attelage, allez-y en douceur, par étapes. Commencez toujours par travailler sur des terrains faciles. Si vous sentez une baisse de motivation, faites une pause durant votre course.

Où pratiquer le traîneau en France ?

N’attendez pas de potentielles vacances dans les pays scandinaves ou une expédition en Alaska pour faire du traîneau avec vos chiens. La France regorge de véritables pépites ! Faire du traîneau est tout à fait possible dans les Pyrénées, le Jura, en Haute-Savoie ou dans les Hautes-Alpes. Il suffit de vous diriger vers l’Office du Tourisme, les stations de ski et prestataires d’activités hivernales. 

Exprimez-vous 

Avez-vous déjà testé le traîneau ? De bonnes adresses à nous conseiller ? Des remarques à ajouter ? Dites-nous tout dans les commentaires !

Ce sport n'est pas fait pour vous ? Découvrez sur notre page dédiée, tout un panel de sports à faire avec son chien !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire