Staffordshire bull terrier foret adobestock 176689310

Informations sur le Broussaillage, pour les chiens de chasse

Le 04/08/2022 0

Dans Jeux & Jouets

Rarement cité hors des cercles de chasse, le broussaillage est peu connu du grand public. Mais pas de panique, les débutants y trouveront rapidement leur marque ! Que ce soit pour traquer le petit gibier à poil ou le sanglier, cette discipline demande rigueur et ténacité. Les épreuves, stimulantes pour le chien, promettent de canaliser les chiens les plus hyperactifs. L’idée de faire de votre compagnon un champion de travail vous plaît ? C’est parti ! 

Qu’est-ce que le broussaillage ? 

Le broussaillage, décliné en épreuves de travail variées, permet de mettre en valeur les qualités de chasse de votre compagnon. L’objectif pour votre chien est de trouver, de lever et de poursuivre une proie. Cette discipline peut se pratiquer sur petit gibier (Ex. : lapins, lièvres) ou sur gros gibiers (Ex. : cerf, sanglier). Deux types de tests s’offrent à vous :

  • Les épreuves fermées : idéales pour les débutants, elles se déroulent dans un milieu contrôlé, tel que des parcs ou des volières. La flore y est bien fournie, boisée ou semi-boisée. Le biotope se doit d’afficher un parcours présentant des ronciers, des bosquets et des hautes herbes. Généralement, l’espace alloué représente environ 5000 m2. 
  • Les épreuves ouvertes : seuls les broussailleurs aguerris pourront y participer. Elles se déroulent dans des milieux ouverts, des parcs de plusieurs hectares (20 ha minimum), et ciblent des gibiers plus compliqués à débusquer.  

Chronométré, le chien devra dénicher un maximum de gibiers en 30 minutes. Il sera jugé sur sa manière de pister, sa ténacité, son courage à s’engouffrer dans les zones difficiles et bien évidemment, sur la qualité de son flair ! Certains seront même évalués sur leur voix lors de la poursuite. 

Ouvert aux chiens ayant plus de 12 mois, le broussaillage exige trois prérequis :

  • Le carnet de travail fourni par la Société Centrale Canine (SCC) 
  • La licence propriétaire ou conducteur pour le maître 
  • Et l’examen de confirmation du chien avant les épreuves (LOF)  

À l’issue des tests, notés sur 200 points, le participant obtiendra une évaluation sur sa capacité à chasser les petits gibiers ou ongulés. Il faudra un minimum de 150 points pour recevoir un brevet de capacité de chasse. Et seuls les chiens avec une note comprise entre 190 et 200 pourront avoir un Certificat d’Aptitude et de Conformité au Travail (CACT). Si vous souhaitez faire de votre compagnon un champion de travail, il devra alors décrocher deux CACT. 

Quelle race de chien peut pratiquer ce sport canin ? 

Le broussaillage s’adresse principalement aux terriers (groupe 3, FCI) et aux chiens courants de l’Europe de l’Est (groupe 6, FCI). C’est ce qui est préconisé par la Commission française responsable des terriers, des Teckels et des chiens de rouge. Mais il n’est pas rare de tomber sur des broussailleurs issus d’autres groupes, tels que le Chien d’Oysel allemand ou le Clumber Spaniel. Toujours est-il que certaines races brillent particulièrement sur le terrain par leur efficacité.

Jagd-Terrier 

Une chose est sûre, le Jagdterrier a du mordant ! Féroce face au gibier, il est connu pour traquer renard et blaireau. Capable de mener à la voix, il est le chien idéal pour pratiquer le broussaillage. Polyvalent, il jouit aussi d’une expertise dans la recherche au sang et dans le rapport de gibier. Adapté à tous les terrains, ce terrier collectionne les atouts ! Endurant, énergique et tenace, il traque aussi bien le gros gibier que les proies de petite taille.

Fox-terrier 

Réputé pour couvrir un large terrain, le Fox-terrier impressionne par sa puissance et son endurance. Courageux, il n’hésite pas à braver les ronciers compacts et épineux. Star du déterrage, en France, ce chasseur est utilisé pour les gibiers à plumes (Ex. : canard), et pour les gibiers à poil (Ex. : lièvres, sangliers). Déterminé, il n’abandonne jamais une mission ! Ce chien se fera un plaisir de passer des épreuves de broussaillage. Il se démarque également par la fermeté de sa voix. 

Jack et Parson Russell Terrier 

Développés pour le déterrage du renard, les Russells Terriers chassent depuis le XIXe siècle. Employés à la traque du ragondin ou du blaireau, ces chiens présentent une rapidité et un courage remarquables. Alliés de poids sur le terrain, ils rassemblent les meilleures qualités d’un broussailleur. Réfléchis, intelligents et prudents, le Jack Russell et le Parson Russell Terriers font de nombreux adeptes en France comme en Angleterre.

Airedale Terrier 

L’Airedale-terrier n’a pas à pâlir devant ses camarades de chasse. Présentant de belles performances face au sanglier, il piste ses proies avec ruse et grand méthodisme. Couvrant énormément de terrain, il peut mener à la voix et travailler de longues heures. Son flair développé s’harmonise à merveille avec le broussaillage. Il sera parfait pour les épreuves sur petits gibiers. 

Teckel 

Ne vous fiez pas à sa morphologie particulière, le Teckel en a dans le capot ! Doté d’un nez très fin, ce chasseur excelle dans la recherche aux gibiers blessés. Polyvalent et pugnace, il affronte avec courage les ongulés et les biotopes difficiles. Intelligent, il chasse de manière méticuleuse. Persévérant, il peut travailler sur de longues distances. Sa voix sonore est appréciée lors des véneries sous terre. Aimant l’eau, le Teckel peut aussi rapporter du gibier d’eau sur zone peu profonde. 

Le Brachet Tyrolien

Son poil double et sa robustesse en font un chien de chasse redoutable pour les pires conditions de travail. Il excelle aussi bien en forêt qu’en montagne. Utilisé comme chien courant, il chasse essentiellement le lièvre et le renard. Idéal pour la recherche au sang, le Brachet Tyrolien jouit d’un odorat exceptionnel et d’un sens de l’orientation envié par ses pairs. Ce chien est également connu pour avoir une voix perçante. 

Staffordshire Bull Terrier

Présentant un instinct de chasse élevé, le Staffie est l’ovni de cette liste. S’il ne peut chasser en France, rien ne lui interdit de pratiquer le broussaillage. Le public le connaît pour son passé de combattant, pourtant, il était utilisé également pour traquer les nuisibles. Une activité qu’il a bien gardée dans son ADN, comme tout bon terrier ! Les épreuves officielles accueillent d’ailleurs, sans problème, cette race. Et heureusement ! Discipliné, puissant et rapide, le Staffordshire Bull Terrier traque le lapin comme le sanglier. Petite précision cependant : non considéré comme un chien de prise, il ne doit surtout pas toucher le gibier. Il ne peut que le lever et le tenir au ferme. 

Comment se déroulent les épreuves ?

Comme mentionné précédemment, l’épreuve dure 30 minutes maximum. Deux juges agréés par la SCC seront présents. L’un d’eux suivra le conducteur et le chien. Le broussaillage doit absolument être pratiqué sur un terrain proche des conditions de chasse : boisé ou semi-boisé, et avec suffisamment de gibiers pour assurer le bon déroulement des évaluations. Pour les épreuves sur ongulés, le territoire de chasse doit faire 20 ha minimum. Les juges veilleront à bien indiquer la nature du terrain sur leur rapport.

L’épreuve se fait en solo et chaque participant reçoit un numéro de passage, tiré au sort. Les chiens en attente doivent s’éloigner de la zone pour ne pas déranger le binôme testé. Une fois lâché à l’ordre des juges, le chien entre dans l’enceinte de l’épreuve. Son conducteur doit faire attention à ne pas trop le guider : les appels répétés entraînent des fautes d’obéissance

Les juges évalueront la réactivité et la persévérance du chien. Est-il actif dans sa recherche ? Craint-il les fourrés et les ronciers ? Peut-il lever le gibier et le poursuivre en donnant de la voix ? Les réponses impacteront la note finale du participant. Attention, si donner de la voix n’est pas éliminatoire, ce critère reste indispensable pour l’obtention d’un CACT. Chaque individu sera jugé sur le style de chasse propre à chaque race. 

Durant l’épreuve, un coup feu sera tiré : le chien doit donc être familiarisé à ce type de bruit avant de participer à cette discipline. Lorsque le président du jury annoncera la fin de l’épreuve, le conducteur devra rapidement le reprendre pour éviter la pénalisation. 

Éducation et entraînement : comment débuter ? 

Les bases 

Il ne sert à rien de s’impatienter ! Avant de rentrer dans le vif du sujet, renforcez d’abord les bases de l’éducation de votre chien. Cela passe par la maîtrise des ordres élémentaires de position (« Assis ! », « Debout ! », « Couché ! », « Pas bouger ! »), le rappel ou encore la marche au pied avec ou sans laisse. N’oubliez pas que le broussaillage prend en compte le niveau d’obéissance de votre chien. Consacrez ses premiers mois à consolider cette longue étape.  

La socialisation représente aussi un volet important de son éducation. Pour ses 4 premiers mois, introduisez-le à différents types de biotope. Il est primordial qu’il se familiarise, au plus tôt, à son futur terrain de travail. 

L’éveil à l’instinct de chasse 

Chaque maître a sa technique. Certains préfèrent confronter leur compagnon à des gibiers réels, sur terrain fermé (Ex. : parc à gibier) ; d’autres utilisent des méthodes plus artificielles comme la présentation de peau de gibier à leur chien (Ex. : lapin) afin qu’il s’imprègne de ses prochaines proies. Vous observerez, très vite, le niveau d’intérêt de votre chien. Un intérêt qui devrait se présenter automatiquement chez les chiens de chasse

Le coup de fusil 

Gardez à l’esprit que l’épreuve de broussaillage implique un coup de feu. Votre chien doit ainsi supporter ce type de bruit. Notre conseil ? Allez-y progressivement. Commencez par l’habituer à des bruits à faible impact (Ex. : enregistrements audio) avant de passer à des sons plus intenses. Le but étant de respecter le rythme de votre chiot, au risque de le traumatiser. 

La menée à la voix 

Cette étape implique d’apprendre au chien à suivre une piste fraîche, sans voir le gibier, tout en aboyant. Votre plus grand obstacle ? Canalisez votre compagnon pour qu’il n’abuse pas de sa voix. Il ne doit aboyer qu’une fois sa proie pistée. Nous vous conseillons de multiplier les sorties sur terrain : certaines races, comme le Teckel ou les Russells Terrier, s’excitent instinctivement en suivant les traces fraîches d’un gibier. Bien sûr, veillez à ce que la zone procure assez d’animaux pour offrir un maximum d’initiatives à votre compagnon. 

Les chiens les plus précoces (3 à 4 mois) desserrent facilement la gorge en remontant une trace. D’autres, plus tardifs, demanderont plus de temps (1 an ou plus). Et malheureusement, certains chiens restent muets même après plusieurs tentatives. En fonction de la race, ce point peut vite devenir handicapant pour le broussaillage. Mais ne lui en voulez pas, il reste un excellent compagnon, et d’autres sports canins s’offrent à vous. 

Si vous avez la chance d’avoir un chien qui se déclare avant sa première année, corsez l’exercice. Mettez plusieurs fois votre chien sur la trace fraîche d’un petit gibier (Ex. : lapin, lièvre) : il comprendra, d’instinct, à le suivre à voix. 

Le broussaillage

Il faudra enseigner à votre chien à lever et débusquer le gibier. Votre compagnon devra, de lui-même, explorer une grande surface de terrain. Ici, comme pour l’étape précédente, une mise en situation en temps réel est conseillée. Rendez-vous dans un parc spécialisé pour l’habituer à poursuivre un gibier et à bien couvrir sa zone de travail.

La recherche au sang 

Cette étape consiste à retrouver un gibier blessé, plusieurs heures après son passage. L’apprentissage est long et technique. Des conducteurs initient, dès les premières semaines, leurs chiens à du sang de gibier pour éveiller cette aptitude. Mouss ne peut que vous recommander de faire appel à un professionnel. Les Clubs de race et les associations de chiens de « rouge » vous seront d’une grande aide. 

Où pratiquer le broussaillage ? 

Cette activité ne peut se pratiquer n’importe où et n’importe quand. Le respect des périodes et des zones de chasse est primordial. Pour mieux vous guider, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’institution chargée du broussaillage en France : la Commission des Terriers, Teckels et chiens de rouge, ou à vous rendre dans un club spécialisé dans cette discipline.

Maintenant que vous en savez plus sur le Broussaillage, venez découvrir nos autres articles sur les différents sports canin !

Les commentaires sont clôturés