Le dressage d’un chien secouriste en montagne !

Le secourisme en montagne, une affaire de rapidité et de flair : étapes de l’éducation du chien d’avalanche !

Chien et maitre sauveteur en montagne

Les plaisirs de la montagne sont parfois dangereux. C’est le cas en hiver, à cause des avalanches. Ensevelis sous plusieurs mètres de neige, les victimes ont besoin d’une aide rapide. Seuls les chiens secouristes sont capables de réagir assez vite. Chaque année, ils sauvent de nombreuses vies ! Mais au fait, comment devient-on le héros des montagnes ?

 
 

Les races de chien qui peuvent devenir secouriste en montagne

Bien entendu, toutes les races ne sont pas prédisposées à devenir secouristes en montagne ! Il faut déjà être capable de supporter le froid, par exemple ! Dans la zone très limitée des Alpes françaises, suisses, italiennes et autrichiennes où les chiens d’avalanche existent, on peut trouver des Bergers allemands, des Bouviers suisses, Bergers belge, Border Collie ou encore Labrador… Et le plus célèbre de tous, c’est bien sûr le Saint-Bernard, qu’on imagine toujours muni d’un petit tonneau de rhum autour du cou (ce qui n’est plus vraiment le cas aujourd’hui) !

Les chiens secouristes en montagne sont formés uniquement par des professionnels appartenant à deux types de structures officielles : l’Armée et la Gendarmerie d’une part et les C.R.S. et les stations de ski de l’autre. En France, seule l’Association Nationale pour l'Étude de la Neige et des Avalanche, située à Grenoble, est autorisés à former des chiens agréés !

Formation du chien secouristes en montagne

Dans les portées de chiots susceptibles de devenir de bons secouristes, les maîtres-chiens sélectionnent ceux qui semblent les plus joueurs, les plus déterminés et les plus agiles. Dès l’âge de 3 mois, on habitue le chiot à retrouver son maître muni de l’un de ses jouets pour le motiver. Profiter du joujou sera la récompense motivante. La suite de la formation varie un peu selon les pays. Les objectifs sont toujours les mêmes !

Vers 8 à 10 mois, on commence une formation d’un an. L’objectif est d’apprendre au chien à reconnaître l’odeur de n’importe quel humain, proche ou étranger. D’abord hors neige, pour bien maîtriser les bases. Ensuite, le chien vit un hiver de formation. Le flair du chien est infiniment plus sensible que le nôtre, mais il faut lui apprendre à retrouver des humains sous plusieurs mètres de neige.

Une évaluation permet de terminer cette partie : on fait le bilan des points forts et des points d’amélioration du chien, et c’est sur ces derniers que la dernière partie de la formation va se concentrer. Le formateur est aussi évalué : il doit montrer son sang froid et ses connaissances pour former un couple maître et chien aussi efficace que possible !

Qualités d’un bon chien secouriste en montagne

Un bon chien secouriste en montagne doit avoir avant tout un excellent flair. En moyenne, un chien peut retrouver un corps enfoui jusqu’à 4 mètres sous la neige. On a déjà vu des chiens flairer un humain jusqu’à 12 mètres de profondeur !

L’endurance et la ténacité sont également indispensables. Se déplacer rapidement dans la neige est épuisant. Il faut une excellente condition physique. En France, les chiens travaillent au milieu des bruits des secours. En Suisse, on dégage la zone pour qu’il travaille dans le calme. Dans un cas comme dans l’autre, le chien ne doit jamais abandonner, quitte à travailler plusieurs heures de suite sans repos.

C’est pour cette raison qu’après 8 à 10 ans de carrière, les chiens ont le droit de prendre leur retraite : leur flair et leur endurance diminuent !

Et si vous voulez découvrir d’autres chiens de travail et apprendre comment on les forme, votre curiosité trouvera juste ici de quoi la satisfaire !

 

Exprimez-vous !

Une question ? Une remarque ? Des informations à ajouter ? N'hésitez pas à commenter l'article pour aller plus loin... Moi et mes potes seront ravis de vous répondre Sourire

 

Le dressage des différents chiens de travail

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire