Beagle chiot temperature adobestock 242199391

Tout savoir sur la méningite du chien

Le 08/11/2022 0

Dans Santé & Soins

La longue liste des symptômes causés par la méningite du chien fait peur. Pourtant, bien traitée, cette affection du cerveau ne provoque pas de lourds dégâts chez nos toutous. Quelle est la cause de cette maladie canine ? Comment la déceler ? Quels sont les traitements ? Mouss vous éclaire sur cette pathologie.

Qu’est-ce qu’une méningite du chien ?

Commençons déjà par remonter au niveau du système nerveux central. On ne vous apprend rien : il se compose du cerveau et de la moelle épinière. Et ce système a la particularité d’être recouvert par des méninges, une fine membrane. 

Il arrive que les méninges de nos chiens souffrent d’inflammation, on parle alors d’une méningite du chien. Si la méningite n'est pas propre à nos amis canins, chez eux, l’atteinte des méninges peut s’accompagner d’une encéphalite : une inflammation du cerveau

Méningite du chien : quelle en est la cause ?

Aujourd'hui encore, il n’est pas toujours facile de définir l’origine réelle d’une méningite du chien. Mais pour mieux en comprendre la cause, dites-vous déjà que cette affection existe en 2 types :

  • Les méninges infectieuses : Provoquées par des bactéries, des virus, des parasites ou encore des champignons. Heureusement, cette forme est assez rare jusqu’ici. Il faut dire que le système nerveux central est protégé par une barrière. Cette dernière empêche les agents infectieux d’accéder au cerveau. Ainsi, seule une rupture de cette barrière pourrait permettre à la méningite infectieuse de se développer (Ex. : choc traumatique au niveau du crâne, otite interne). 
  • Les méningites aseptiques dues à un trouble du système immunitaire : Ici, la cause est inconnue jusqu’à ce jour. Toutefois, notez que des facteurs génétiques sont suspectés. En effet, certaines races de chien présentent une prédisposition à cette affection. On retrouve dans cette liste le Bouvier bernois, le Retriever de la Nouvelle-Écosse, le Braque de Weimar, le Boxer ou encore le Beagle

Quels sont les symptômes de cette maladie canine ?

Les signes peuvent apparaître très tôt chez le jeune chien (entre 6 et 18 mois).

Si vous identifiez les symptômes suivants, il y a de fortes chances d’y soupçonner une méningite :

  • Une douleur bien prononcée au niveau de la région cervicale. 
  • Le chien émet des gémissements inhabituels. 
  • Sa démarche se raidit, et il expérimente des difficultés à marcher.
  • Vous remarquerez des spasmes au niveau de son dos.
  • Votre chien présente de la fièvre. 
  • Il devient anorexique
  • Lorsque la situation s’aggrave, on fait face à une ataxie (perte d’équilibre).
  • Des crises convulsives.
  • Ainsi qu’une paralysie des membres.

Bien sûr, n’attendez pas que l’état général du chien se dégrade avant d’agir. Au moindre doute, rendez-vous chez le vétérinaire pour évaluer la santé de votre compagnon. Sans prise en charge et absence de traitement, les dégâts pourraient être irréversibles.

Comment diagnostiquer l’inflammation des méninges ?

Seul un professionnel de la santé canine est habilité à diagnostiquer une méningite du chien. Le vétérinaire confirmera ou non les suspicions à l’aide d’une intervention nécessitant une anesthésie générale : la ponction du liquide céphalo-rachidien. 

Grâce à cet examen, le praticien pourra observer l’augmentation du nombre de globules blancs, et détecter quel type de méningite affecte l’animal de compagnie. D’autres techniques d’analyse aident également à y voir plus clair (Ex. : scanner). 

Comment traiter la méningite du chien ?

Ne soyez pas effrayé en lisant les symptômes provoqués par cette pathologie canine. En effet, le pronostic est globalement bon, si traité à temps. Toutefois, les récidives restent fréquentes. D’où l’intérêt de poursuivre le traitement du chien, sur le long terme, de manière méthodique. 

Les solutions proposées par le vétérinaire dépendent du type de méningite, et de la cause. Ainsi, dans le cas d’une méningite aseptique, les soins sont basés sur l’administration d'immunosuppresseurs (Ex. : corticostéroïdes). Les doses données s’adaptent à la race de chien et à la durée du traitement.

Dans le cas d’une méningite infectieuse, le traitement est plus complexe. Ici aussi, il varie en fonction de la cause (champignon, bactérie, parasite). Prenons l’exemple d’une inflammation due à des champignons : la solution se tourne généralement vers une molécule antifongique.

Pour éviter des frais trop importants chez le vétérinaire, sachez qu'il existe des mutuelles canine, afin de vous faire rembourser.

Vous voilà informé sur cette pathologie canine. Avant de nous quitter, plongez dans nos différents articles sur les différentes maladies du chien !

Les commentaires sont clôturés