Malinois gendarme adobestock 122530513

Le dressage d’un chien policier

Le 03/03/2022 2

Dans Education

Très pros, lorsqu’on les croise pendant leurs heures de boulot, les chiens policiers impressionnent. Sérieux, discrets, précis, on aimerait que les nôtres soient aussi obéissants ! Mais ne vous faites pas d’illusions, Rome ne s’est pas faite en un jour, et même les chiens les plus doués ont suivi une longue formation ! Comment devient-on chien policier ? Découvrez la vie de ces admirables chiens de travail !

La définition d’un chien policier

En France, ces chiens de travail existaient déjà en 1845 ! Une brigade canine a été formée par la Préfecture de Police pour sauver des personnes de la noyade. Très vite, encouragées par les succès des pays voisins (Allemagne, Belgique), les forces de l’ordre décident de donner un rôle plus important à nos compagnons à quatre pattes. 

Les chiens policiers ont ainsi intégré des unités spéciales au sein de la police nationale, de la gendarmerie, des douanes ou de l’armée de terre. Grâce à leurs nombreuses aptitudes, ils peuvent aider les gardiens de la paix dans diverses missions :

  • L’appréhension de délinquants et autres personnes dangereuses 
  • La protection d’objets et d’un groupe d’individus 
  • Le pistage et la traque de personnes disparues ou recherchées 
  • La détection de drogues, d’explosifs, de faux billets de banque 
  • La recherche d’objets spécifiques sur un terrain ou dans un bâtiment 
  • Ou encore les missions de sécurisation, de gardiennage et de surveillance

Bien sûr, nos compagnons ne travaillent pas seuls. Ils sont menés par un maître-chien, appelé également conducteur cynotechnicien. Ce dernier suit une formation spécifique avec son partenaire canin.

Les races de chien pouvant intégrer une brigade canine 

Il faut savoir que chaque pays a ses propres races de chiens de police. Mais certaines races se démarquent particulièrement, et ce, à l’unanimité. Elles rassemblent toutes des qualités phares : un flair développé, une grande intelligence, une force remarquable, du courage et de l’agilité.

  • Berger allemand : c’est sans doute le chien le plus représenté au sein des unités cynophiles. Et pour cause ! Il est doté d’un flair d’exception et d’une perspicacité sans pareille. Rapide et très réceptif aux commandes, le Berger allemand est employé dans les missions de défense de territoire, dans la recherche de personnes disparues, ou dans la détection de stupéfiants et de drogue.
  • Berger belge Malinois : utilisé comme chien de recherche, il excelle dans l’art du pistage et dans la surveillance. Obéissant et réfléchi, le Malinois n’a rien à envier à son cousin allemand. Son fort instinct de protection en fait également un brillant chien de défense.
  • Labrador retriever : réputé pour son grand talent de rapporteur, son odorat est son plus grand atout. Le Labrador peut détecter toutes sortes d’objets grâce à son flair (Ex.: faux billets, explosifs). Les unités cynophiles l’emploient généralement comme chien de recherche.
  • Boxer : souvent sollicité par nos voisins allemands, ce chien dispose d’une agilité, d’une force et d’une volonté hors pair. Le Boxer seconde les policiers dans les missions de sécurisation de territoire.
  • Terre Neuve : connu pour être le chien de sauvetage en mer par excellence, le Terre Neuve est sportif et très protecteur. 
  • Dobermann : athlétique et puissant, ce chien de défense est idéal pour les interventions musclées. Naturellement méfiant vis-à-vis des inconnus et attaché à son maître, le Dobermann est prêt à tout pour le protéger.

Bien évidemment, d’autres races de chiens viennent s’ajouter à cette liste. C’est le cas du Beauceron, du Flat Coated Retriever, du Springer anglais ou du Chien de Saint-Hubert

Les missions d’un chien policier

Les chiens dits « policiers » se divisent principalement en deux catégories. Toutes deux sont susceptibles d’être au service de l’armée, de la police ou de la gendarmerie.

Leurs missions sont susceptibles d’évoluer selon les situations tout au long de leur carrière. Qu’il s’agisse des chiens de détection ou d’intervention, la stabilité et le calme sont complètement indispensables pour la sécurité de tous.

Chiens d’intervention

Les chiens d’intervention ou de patrouille accompagnent les policiers dans leurs missions quotidiennes. Ils interviennent dans les situations de crise et aident à maîtriser les criminels de la petite et moyenne délinquance. Leur présence est souvent dissuasive, mais lorsque ce n’est pas le cas, il leur arrive d’attaquer directement les personnes dangereuses. 

Chiens de détection ou de recherche

Ils peuvent intervenir dans des contextes très variés et sur des recherches à but très différent. En effet, il peut s’agir de détecter des substances illégales ou dangereuses (armes, explosifs, drogues, faux billets), ou de retrouver des personnes en fuite ou piégées dans des décombres. Que ce soit pour traquer des criminels ou sauver des victimes, les missions des chiens de détection évoluent selon les besoins !

La formation du chien policier

Comme souvent, pour les chiens de travail, la formation commence très tôt : dès les premiers mois de leur vie, les chiots sont observés. Seuls les plus équilibrés et agiles sont sélectionnés

Bon à savoir : les services de police et les brigades cynophiles recrutent souvent dans les SPA. Une manière de redonner un objectif aux chiens abandonnés !

 

Une fois âgés de 10 mois, les chiens doivent suivre une formation intense, très spécifique, et impliquant souvent du mordant pour ceux destinés à des missions d’intervention.

Leur entraînement dure environ 6 mois avec un ciblage sur l’obéissance et la complicité avec leur conducteur. À l’issue de cette période, nos gardiens de la paix canins sont assignés à un maître-chien. Et le binôme est formé ! Plus qu’un partenaire de travail, le chien policier devient un véritable compagnon. 

D’ailleurs, ce besoin de consolider la confiance entre l’humain et le chien se retrouve dans tous les pays. En Belgique, par exemple, il n’est pas rare que le chiot rejoigne sa nouvelle famille dès son deuxième mois. Il suit alors une formation de deux ans aux côtés de son conducteur. 

Tout cela pour dire qu’éduquer un chien policier passe par une réelle collaboration. Les brigades canines sont loin des clichés que beaucoup s’imaginent : rendre les chiens agressifs et en faire des robots. Dans les centres nationaux de formation des unités cynophiles, l’éducation positive est de mise ! On privilégie le jeu et les récompenses aux sanctions.

Le chien policier au travail

Nos héros poilus deviennent opérationnels entre 2 et 3 ans. Ils sont ensuite affectés à un rôle précis au sein des unités canines : patrouille, détection de stupéfiants, sauvetage ou encore surveillance et gardiennage. Ils se dévouent corps et âme dans leurs missions pendant une durée de 6 ans en moyenne. 

Et passé l’âge de 8 ou 9 ans, ils deviennent officiellement des chiens de police retraités ! Ils sont remis à la vie civile et adoptés par des familles d’accueil. Ils ne leur restent plus qu’à profiter d’une retraite bien méritée !

Une anecdote à raconter sur les chiens policiers ? Des remarques à ajouter ? On vous retrouve dans les commentaires ! N’hésitez pas également à découvrir d’autres chiens de travail !

Commentaires

  • Cécile

    1 Cécile Le 29/06/2017

    Tout bonnement extraordinaire !
  • Pierre Caillette

    2 Pierre Caillette Le 08/05/2018

    Ils font à travail extraordinaire ! Mais par curiosité je me demande quel est la valeur de ce type de chien ?
Les commentaires sont clôturés