Mon compte
 Newsletter  Photos  Livres  Mutuelles

Tu es parti trop tôt

  • Sandrine11
    • Sandrine11
    • Nouveau
    • 1 message
      Inscrit le 15/04/2022
    Je me réveille ce matin, ton petit corps sans vie à mes côtés et l’envie d’écrire, de dire au monde entier quel petit chien fabuleux tu étais. J’ai adopté Nuts il y a 8 ans à la SPA. Un petit yorkshire qui a touché mon cœur au premier regard. Un 13 avril 2021 j’apprends qu’il souffre d’une insuffisance rénale débutante… Un an plus tard presque jour pour jour cette maladie l’emporte. Une première hospitalisation en janvier 2022, 4 jours de perfusion pour faire descendre les taux d’urée et de créatinine. Je le récupère dans un état lamentable. Il est désorienté, semble ne plus savoir marcher et stress à la nuit tombée. J’ai cru le perdre mais non. Il s’est battu et à remonté la pente. Promenade et câlins ont rythmés ma vie jusqu’à début avril. Un taux d’urée et de créatinine très élevé. Une hospitalisation de 4 jours et 3 nuits sous perfusion. Mon titi supporte très mal la cage, les soins, mon absence. C’est un vrai crève coeur. Je passe chaque jour le voir, le câliner, le promener. Il est terriblement affaibli, à beaucoup de mal à marcher. En accord avec le vétérinaire, ses taux étant encore très élevés mais ayant malgré tout baissés, il sort de la clinique pour son bien être moral et affectif. Nous sommes un jeudi. Contrôle prise de sang le samedi qui suit, les taux ont encore augmentés. Il est décidé de faire une hospitalisation de jour le lundi qui suit. Je passe 1h30 tous les jours avec lui, pour que les journées lui semblent moins longues. Quand il rentre chaque soir c’est un petit chien triste et très faible… Il ne marche que pour ses besoins dans le jardin, dort beaucoup, mais semble absent par moment. Mardi les taux explosent, mercredi ils redescendent… Le vétérinaire me fait comprendre que l’insuffisance rénale est arrivée à son terme et que ses reins ne fonctionnent plus que grâce à la perfusion… Il me propose de le ramener mercredi soir et de voir comment le jeudi se passe. Je lui fais plaisir avec ce qu’il aime en nourriture ce mercredi soir et il mange avec appétit. L’espoir renaît en moi. La journée de jeudi se passe donc à la maison, sans perfusion. Mon petit Nuts est très faible, il ne mange pas, ne boit pas… Je luis fait une promenade en forêt, dans mon quartier, il aboit même quand il croise ses « copains chiens « . L’espoir renaît de nouveau. A la maison il aboit même quand je fais couiner son jouet. Mais il est faible. Il ne marche pas, sauf pour aller faire ses besoins. Il dort presque tout le temps. Parfois sa tête tangue de gauche à droite, mais il est présent, me demande des câlins. Jeudi soir contrôle des taux. C’est remonté en flèche. Le vétérinaire me fait comprendre que ses reins ont totalement lâchés et qu’il faudrait penser à son départ car à ce stade il y a souffrance. Nausées, maux de tête, de ventre. Il s’empoisonne de l’intérieur… Décision est prise pour un départ en douceur à la maison vendredi matin à 10h30. Hélas, jeudi, 23h30, mon petit Nuts dort allongé sur moi, dans mon lit, il relève la tête, me regarde et demande à s’allonger sur le lit. Comme d’habitude. Mon fils et moi sommes à ses côtés. Nous voulons profiter de sa présence avant son départ prévu le lendemain. Il s’allonge. Quelques minutes plus tard, il ne réponds plus sous nous caresses. Il dort ? Nous le pensons quelques minutes. Dans le doute je me déco une à le porter pour l’emmener faire pipi avant la nuit. Et la… Il ne réponds plus. Son petit corps est tel une poupée de chiffon. Les yeux dans le vague. Je devine le semi coma urémique. Nous fonçons à la clinique vétérinaire et là le verdict tombe. C’est bien un semi coma. L’euthanasie qui devait être « douce », à la maison, avant des au rebours tendres et plein d’amour, se transforme en cauchemar dans le bureau froid du vétérinaire. Je ne peux pas le laisser souffrir et je ne veux pas le laisser partir. Et pourtant… Je me réveille ce matin, son petit corps sans vie à mes côtés. Il a passer la nuit avec moi, dans sa couverture, dans mon lit. Je l’ai veillé, caliné, pleuré… Ce matin la réalité est effroyable. Son petit corps si froid, si dur… Je suis anéantie. La crémation est prévue pour 14h00 cet après midi. Nuts et moi avons une histoire particulière. Je l’ai pris après le décès de ma chienne. Mon fils a insisté. Je ne voulais pas l’aimer. Je me suis mise en retrait. Je m’en occupais mais toujours avec cette barrière. Je m’étais promis de ne plus aimer. Mais il a tout fait. Il me collait sans cesse, venait toujours sur moi, ne faisait la fête qu’à moi, et il a réussit. L’amour est venu très vite. Un lien unique s’est créé entre nous. Il est devenu mon fils, mon meilleur ami… Un peu comme une partie intégrante de moi. Il n’existe aucun mot assez puissant pour décrire ce lien, cet amour entre lui et moi. Je suis dévastée, brisée. Je pense même à partir avec lui… Je suis triste, en colère, en colère contre le monde entier. Contre moi, contre le vétérinaire, contre la science qui ne fait rien pour innover en matière de greffe de rien animale. Je me sens coupable d’avoir mis fin à ses jours… Je n’imagine pas ma vie sans lui. J’écris ces mots, il est à mes côtés. Son petit corps repose dans sa couverture avec son nounours,, mis dans son panier. Panier où il n’allait jamais car il voulait toujours être au plus près de moi sur le canapé. Je ne sais pas quelle sera ma vie à présent. Mais une chose est sure, je ne prendrai plus jamais de chien. Il sera le dernier de ma vie. Mon cœur est vide… Tout mon amour était et restera pour lui. C’est peut être égoïste, pour ces milliers de chiens malheureux en attente d’une famille, mais c’est ainsi. C’est profond en moi… Merci à ce qui m’auront lus. Écrire m’a un peu fait de bien. Je t’aime mon Nuts.
  • Coco56
    • Coco56
    • Membre actif
    • 14 messages
      Inscrit le 01/04/2022
    Je suis de tout coeur avec vous.
    J'ai vécu ce drame le 31 mars dernier mon petit coeur d'amour est parti tout seul dans une cage aux soins intensifs des suites d'une opération liée à une paralysie laryngée il a du se sentir abandonné.
    Je n'arrive toujours pas à réaliser et je me demande comment faire pour continuer à vivre sans lui.
    La culpabilité d'avoir abrégé ses jours avec une opération qui aurait pu attendre ajoute à l'immense chagrin de son absence.
    Même si cela n'adoucira pas votre douleur dites vous qu'il est parti entouré d'amour c'est important pour vous comme pour lui.
    Vous avez fait tout tout ce que vous pouviez pour lui et vous lui deviez d'abréger ses souffrances.
    Nuts sera toujours près de vous et dans votre coeur.
    Moi aussi j'en veux aux vétérinaires qui n'ont pas su le sauver et j'ai l'impression que ma vie s'est arrêtée et que je ne m'en remettrais jamais.
    Communiquer sur les forums fait du bien même si le chagrin reste immense.
    Partager avec des personnes qui ont connu ce drame nous apprend que le chemin sera long mais que nous ne sommes pas seuls.
    Prenez soin de vous.

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.