Comment faire le deuil de mon chien ?

Réagir au décès de son chien et aider ses proches à dépasser progressivement le deuil !

Petit chien en ange

Qu’on s’y attende à cause d’une longue maladie ou que la mort survienne brutalement après un accident : on est toujours démuni face au décès de son chien. Savoir qu’il vit moins longtemps que les humains ne nous aide pas à anticiper son départ ! Une fois que la réalité est là, comment s’y confronter et dépasser cette période douloureuse ? Voici quelques réponses et conseils pour faire le deuil de votre chien pas à pas.

 
 

Les différentes phases du deuil

On parle souvent du “travail de deuil” pour la perte d’un proche. Il ne faut pas imaginer que le chemin soit différent après la perte d’un chien. Un animal de compagnie qui passe plus de dix ans dans la vie d’une famille est un membre du foyer à part entière. L’onde de choc de sa mort peut se répercuter sur chacun de manière différente, mais toutes ces émotions sont normales et inévitables !

  • Le déni : Penser que son animal n’est pas réellement mort pour fuir une réalité choquante. Refuser la réalité est une manière de se protéger.
  • La colère est une phase difficile, qui peut s’avérer également douloureuse pour l’entourage. En effet, la personne en deuil a besoin d’un coupable : le vétérinaire, un proche, pour faire une relecture de la réalité où le drame aurait pu être évité. On aurait dû aller chez le vétérinaire plus tôt, mieux surveiller le chien, etc. On oublie que la mort est inéluctable et fait partie intégrante de la vie !
  • Dans la phase de culpabilité, c’est soi-même que l’on blâme de la mort du chien : on n’a pas bien réagi, on aurait dû être plus attentif. Dans le cas d’une euthanasie, cette phase risque d’être particulièrement douloureuse, c’est pourquoi il est important d’en parler longuement avec son vétérinaire avant, pour avoir clairement à l’esprit les raisons de son choix. Sachez que même lorsqu’il ne reste aucun espoir à l’animal, il s’agit toujours de l’une des décisions les plus lourdes et difficiles à prendre. Il faut beaucoup de courage pour surmonter ce type d’épreuve. Rester auprès de son animal pendant l’endormissement, si l’on en sent la force peut aussi aider à accepter la situation : on l’a accompagné jusqu’au bout.
  • La tristesse intervient généralement à la fin. C’est un abattement général et il ne faut pas laisser la dépression s’installer. Néanmoins, c’est aussi un signe de progrès : on commence à accepter l’absence définitive de son chien.

D’une personne à l’autre, suivre ce cheminement peut prendre plusieurs jours, des semaines ou des mois. Il faut respecter le rythme de chacun !

Il est important de connaître ces différentes étapes pour mieux comprendre les émotions qui vous traversent, mais il n’est ni utile ni bon de penser y échapper. Elles font partie d’un travail sur soi nécessaire.

Les gestes qui aident à faire le deuil de son chien

Certains gestes ou certaines réflexions peuvent vous aider à passer sans heurt les différentes étapes du deuil de votre chien.

  • Accepter que vous êtes triste. Vous ne pensiez peut-être pas fondre en larmes lorsque votre animal disparaîtrait. C’est normal, c’est lorsqu’on perd ce qu’on aime qu’on se rend compte de la place occupée dans notre coeur. N’hésitez pas à pleurer si vous en sentez le besoin.
  • Entourez-vous de personnes qui comprennent la douleur de perdre un animal de compagnie. Ceux qui n’en ont jamais eu risquent d’être maladroit en minimisant ou en tournant en ridicule ce que vous ressentez. Choisissez les personnes de votre entourage qui savent ce que vous ressentez. S’il n’y en a pas, prenez contact avec des forums d’amoureux des animaux sur Internet. Ils sauront trouver les mots dont vous avez besoin !
  • Prenez votre temps. Pour aller mieux, il faut laisser le temps faire son travail. Ne hâtez pas les choses : la tristesse va vous accompagner un certain temps.
  • Pensez à canaliser votre colère. Il ne sert à rien de vous en prendre aux mauvaises personnes ! La mort est inévitable à un moment et l’on y peut rien !
  • Mettre en place un enterrement ou une incinération peut vous aider à affronter la réalité à travers ses détails pratiques. C’est aussi l’occasion de rendre un dernier hommage à votre fidèle compagnon. Si vous ne pouvez pas enterrer votre chien, vous pouvez toujours lui dresser un petit mémorial quelque part chez vous pendant le temps nécessaire.
  • Dès le premier jour, retirez les objets familiers de votre animal. C’est difficile, mais voir tous les jours son panier pourrait compliquer votre travail de deuil en rendant trop vif le vide laissé par votre perte récente. Le plus simple et de trouver autour de vous des personnes intéressées pour reprendre certains objets du chien.
  • Ne négligez pas les autres animaux qui vivent sous votre toit s’il y en a. Au contraire, profitez pleinement de leur présence !
  • Ne vous empêchez pas de penser à votre compagnon disparu ! Évoquer les bons moments, les fous rires, les bêtises, les rituels, cela vous aidera à tourner la page en douceur.
  • Pensez à prendre du temps pour vous : un voyage, la pratique du sport, des promenades ou des visites peuvent vous aider à ne pas vous enfermer sur vous-même.
  • Certaines personnes ont besoin de quelques objets représentant leur animal : un mug, un aimant, une statuette 3D, une photo encadrée, un livre photo… Sans virer dans l’excès, laissez libre court à votre imagination en pensant à un objet en particulier que vous aimeriez voir avec son museau et son regard malicieux !

Comment parler de la perte du chien aux enfants ?

Les parents redoutent beaucoup les questions des enfants. On peut le comprendre, il est difficile de trouver les mots justes lorsqu’on est soi-même bouleversé. Cependant, il vaut mieux expliquer clairement aux enfants que leur chien est mort plutôt que de leur dire qu’il est parti. Sans pour autant entrer dans des détails choquants, les enfants en âge de comprendre ont besoin d’explications claires et sans tabous. En effet, pour faire leur travail de deuil, les enfants ont besoin de comprendre qu’ils ne doivent pas attendre le retour de leur ami et qu’ils ne sont pour rien dans son “départ”.

Pour les enfants, c’est aussi le moment de se confronter, parfois pour la première fois de leur vie, à la disparition des être chers. Même s’il est douloureux pour vous de les voir tristes, c’est une expérience utile et riche en enseignement pour eux. Rassurez-vous toutefois, le deuil est souvent plus difficile pour les adultes que pour les enfants, surtout lorsqu’ils sont bien accompagnés.

N’hésitez pas à acheter des livres pour enfant parlant de la mort d’un animal domestique comme ceux présentés ici par exemple et à évoquer avec eux les souvenirs qu’ils gardent de leur compagnon. Plus la parole sera libérée et plus les enfants sortiront grandis de cette épreuve.

Faut-il adopter un autre chien ?

C’est la question que se posent très vite de nombreux maîtres. Il serait irresponsable de donner une réponse préconçue ! Chaque situation étant différente, il faut surtout se poser les bonnes questions avant de prendre une décision hâtive que l’on pourrait regretter :

  • A quel moment du deuil en êtes-vous ? Adopter un nouveau chien trop vite après le décès du précédent n’est pas une bonne idée. Le maître risque de chercher dans le jeune chien ce qu’il a aimé dans l’ancien. C’est un mauvais départ pour tisser une amitié sincère et unique.
  • Si vous décidez, une fois votre chagrin passé, de reprendre un chien, ce sera un nouveau compagnon unique avec qui partager une nouvelle période de votre vie. Il ne faudra pas chercher à retrouver avec lui ce que vous aviez vécu avec le chien précédent.
  • Pour les enfants, adopter un chien trop tôt peut-être perçu comme une sorte de trahison vis à vis de l’ami décédé. Ils pourraient se braquer et mal accueillir le nouveau venu !
  • Quelle est votre situation ? Certaines personnes préfèrent ne pas reprendre de chien pour ne pas avoir à subir à nouveau la tristesse du deuil ou parce qu’ils pensent que ce n’est pas une bonne période : santé fragile ? travail à temps plein et départ prochain des enfants de la maison ? envie de partir en voyage et d’être flexible dans ses déplacements ? un déménagement en vue ? Choisir de ne pas reprendre de chien même une fois la période de deuil terminée est parfaitement légitime !

Pour vous aider à traverser cette période douloureuse, Mouss vous a préparé d’autres articles sur toutes les questions qui touchent à la fin de vie du chien juste ici !

  

Exprimez-vous !

Une question ? Une remarque ? Des informations à ajouter ? N'hésitez pas à commenter l'article pour aller plus loin... Moi et mes potes seront ravis de vous répondre Sourire

Dossier complet sur la mort du chien

6 votes. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire